Lola T280 #7 ‣1972

24 heures du Mans 1972 - Lola T280 #7 - Pilotes : Hughes de Fierlandt / Mario Araujo Cabral / Jorge de Bragation - Abandon

24 heures du Mans 1972 - Lola T280 #7 - Pilotes : Hughes de Fierlandt / Mario Araujo Cabral / Jorge de Bragation - Abandon

La Lola T280 n°7 des 24 heures du Mans 1972

La Lola T280 châssis numéro HU1 est la seconde voiture alignée aux 24 heures du Mans 1972 par l'écurie Bonnier. Décorée à la façon d'un fromage de Gruyère comme la voiture du patron, elle porte le numéro 7 et est confiée à l'expérimenté baron belge Hughes de Fierlandt déjà vu au Mans sur les puissantes Ferrari 512S et 512M. Il sera secondé par le portugais Mario Araujo Cabral et par un autre pilote de sang noble, le prince espagnol Jorge de Bagration.

Qualifiée en 9ème position avec un temps de 3'54"5, elle rend plus de 5 secondes à sa sœur d'écurie. Parti très (trop) fort, de Fierlandt va occuper brièvement la tête de la course au cours de la première heure. Au premier ravitaillement, Bagration prend le volant, mais jugé trop lent, il laisse sa place au bout de 30 minutes à Gérard Larousse titulaire sur l'autre Lola T280. 

Vers 20 heures, alors que la voiture occupe la 3ème place, un changement de roues et de plaquettes de frein fait rétrograder la numéro 7 à la 5ème place. Malheureusement un peu après 23 heures, de Fierlandt qui a repris le volant, emprunte l'échappatoire à Mulsanne, la transmission est hors d'usage.

Mario Araujo Cabral, n'aura pas eu le loisir de prendre le volant, et Gérard Larousse va retourner sur la numéro 8 pour prendre un double relais. HU1 aura une longue carrière en compétition et reviendra au Mans en 1973 et 1974 mais sans plus de succès.

La Lola T70 Sloter 400207

Belle initiative de Sloter d'être sorti des sentiers battus en ayant mis à son catalogue la jolie barquette Lola T280. La voiture est au standard des concurrents contemporains tels que Fly. La décoration est parfaitement reproduite, les lignes sont exactes. Seules les barres obliques de l'arceau de sécurité devraient être chromées et non noires. Un dernier détail inexact, les roues de la Lola Sloter sont équipées de papillons alors que dans la réalité les roues étaient bloquées par des écrous.

Lola T280 - Sloter 400207

Lola T280 - Sloter 400207

Sur la piste, une fois l'aimant retiré, la fine barquette roule honnêtement. Le train avant classiquement monté sur un axe rend la voiture plus stable que les barquettes Fly telles que la Chevron B19 par exemple.

Lola T280 châssis n° HU1

24 heures du Mans 1972 - Lola T280 #7 - Pilotes : Hughes de Fierlandt / Mario Araujo Cabral / Jorge de Bragation - Abandon