Mulsanne

Le virage de Mulsanne se situe entre les kilomètres 7 et 8, au bout de la ligne droite des Hunaudières  où le circuit emprunte la départementale 140 en direction d’Arnage.

Le virage de Mulsanne en 1964

Le virage de Mulsanne en 1964

Alfa Roméo Tubolare n°41 Giampiero Biscaldi / Giancarlo Sala

On parle du virage de Mulsanne, mais les anglais préfèrent le terme de Mulsanne corner qui décrit mieux le coude très serré qui termine la ligne droite des Hunaudières. Juste avant cette courbe, il y a la bosse, le « hump », et sa surprenante perte d’appuis. Le freinage de Mulsanne est impressionnant : les voitures perdent près de 300 km/h en 300 m pour tourner à droite et emprunter la route principale qui file tout droit vers le village de Mulsanne d'où le virage tire son nom.  Les armoiries de la ville de Mulsanne comportent d'ailleurs un chevron symbolisant le virage grâce auquel le nom de la commune est connu dans le monde entier.

L'épingle du virage de Mulsanne est prise à 90 km/h, en première. Un grand dégagement permet aux pilotes maladroits de tirer tout droit. Les plus malchanceux échoueront dans les tas de sable situés à la sortie du virage ce qui conduira à de mémorables séances de pelletage pour extraire les voitures enlisées. Bien que toute aide extérieure soit interdite, les pilotes trouvaient toujours une pelle providentielle à proximité. Avant l’arrivée des moyens de communication modernes, ce virage lent permettait de panneauter les pilotes car on est à peu près à mi-circuit. Mais une fois en place, les panneauteurs devaient rester là pendant les 24 heures de course car il n’y avait aucun accès en dehors du circuit.

Le circuit des 24 heures du Mans de 1956 à 1967, le virage de Mulsanne.

Le circuit des 24 heures du Mans de 1956 à 1967, le virage de Mulsanne.