Ferrari 512M #10 ‣1971

24 heures du Mans 1971 - Ferrari 512M #10 - Pilotes : Georg Loos / Franz Pech - Abandon

24 heures du Mans 1971 - Ferrari 512M #10 - Pilotes : Georg Loos / Franz Pech - Abandon

La Ferrari 512M n°10 des 24 heures du Mans 1971

Déjà vue au Mans en 1970, la Ferrari 512M numéro 1018 a été convertie durant l'intersaison aux spécifications "M". Toujours propriété du Gelo Racing, elle est peinte en rouge avec une bande jaune et non plus dorée comme en 1970. Pour sa première sortie en avril aux 3 heures du Mans, elle manque de remporter la victoire à cause d'une stupide panne d'essence.

Pilotée par le boss Georg Loos et le débutant au Mans Franz Pech, la Ferrari numéro 10 est qualifiée en 13ème position avec un temps de 3'26"7. A la fin de la première heure, elle occupe la 12ème place puis gagne encore une place à la quatrième heure. Malheureusement, vers 22 heures, le moteur rendra l'âme (piston ou bielle selon les sources) éliminant la 512M allemande.

La Ferrari 512M Spirit S100204

Spirit est un fabricant espagnol de voitures de slot racing qui a produit des modèles de 2001 à 2010. A coté de modèles de tourisme ou de rallye, Spirit a construit des voitures d'endurance modernes et classiques telle que la Ferrari 512M jamais encore reproduite pour le slot racing. Toutes les 512M des 24 heures du Mans 1971 ont été présentes au catalogue Spirit dont la numéro 10.

Si la décoration est fidèle sauf pour les stickers Firestone au dessus des phares trop petits (il manque également un sticker Firestone à l'arrière) et la peinture de très bonne qualité, la forme générale donne l'impression que la voiture est montée sur un châssis trop court. En réalité l'empattement est exact, mais cette impression est donnée par l'habitacle trop haut et par conséquent par un pare-brise pas assez incliné. Le capot arrière n'est également pas assez long, ce qui renforce l'aspect court de la voiture.

Ferrari 512M Spirit S100204

Ferrari 512M Spirit S100204

Malgré ses défauts, la miniature a un aspect général très flatteur. Malheureusement à la sortie de boîte, lorsque l'on pose la 512 sur la piste, elle ne roule quasiment pas. Les pneus arrière trop gros frottent sur l'axe du moteur et ceux de l'avant buttent contre la carrosserie. Une fois équipée de pneus plus adaptés la Ferrari peut rivaliser avec les Ferrari 512S de chez Fly. Néanmoins, il faut faire très attention aux ailerons arrière qui se détachent au premier choc.

Ferrari 512M châssis n° 1018