Porsche 907 #66 ‣1968

24 heures du Mans 1968 - Porsche 907 #66- Pilotes : Dieter Spoerry / Rico Steineman - 2ème

24 heures du Mans 1968 - Porsche 907 #66- Pilotes : Dieter Spoerry / Rico Steineman - 2ème

La Porsche 907 n°66 des 24 heures du Mans 1968

Derrière la Porsche 907 numéro 66 engagée par une équipe suisse, se cache en réalité une voiture semi-officielle au volant de laquelle on retrouve l'équipage vainqueur de la catégorie GT en 1967 sur Ferrari 275 GTB.  Dieter Spoerry retrouve son compatriote Rico Steinemann, le journaliste zurichois rédacteur en chef de la revue Powerslide. Elle porte les couleurs de Hart Ski, le premier sponsor extra-sportif vu au Mans après l'autorisation de la publicité sur les carrosseries donnée par la CSI au début de l'année.

Les Porsche 907 ont déjà fait leurs preuves sur les épreuves de longues distances et doivent épauler les 908 qui partent favorites. Qualifiée en 22ème position avec un chrono de 3'54"4, la 66 pointe déjà à la 11ème place à la deuxième heure. Le reste de la course sera exemplaire et le seul faux pas sera le double tête-à-queue de  Steinemann sur la ligne droite dont il se sortira avec adresse mais qui lui fit passer un mauvais moment.

A l'aube, les mécaniciens s'aperçurent qu'un disque de frein était fêlé. Ils décidèrent de ne pas le changer et de simplement demander aux pilotes d'allonger les distances de freinage. Malgré cette fin de course prudente, et grâce aux ennuis de ses rivales, la petite 2,2 litres, termine à une magnifique deuxième place et victorieuse en catégorie Sport-Prototype.

La Porsche 907 SRC 00102

Slot Racing Company décline sa Porsche 907 dans cette version numéro 66 des 24 heures du Mans 1968. La forme de la voiture est parfaite excepté la grille de radiateur à l'avant proéminente alors qu'elle est en réalité en retrait du capot. La décoration est très fidèle et la finition irréprochable. Le moteur transversal dégageant l'intérieur permet un aménagement complet avec son pilote et son tableau de bord. Le double essuie-glace en photo-découpe est particulièrement réussi, mais aussi très fragile.

Porsche 907 SRC 00102

Porsche 907 SRC 00102

L'héritage de Fly se retrouve malheureusement aussi dans la partie mécanique qui reste toujours aussi approximative. Les roues et la couronne ne tournent pas rond, les pneus frottent dans la carrosserie et il faut quelques heures de préparation avant de pouvoir faire rouler correctement la voiture.

Porsche 907 châssis n° 008