Super Shells

Super-Shells

Catalogue Super Shells 1968

Super Shells, la persévérance britannique

Une des premières mentions de Super Shells apparait dans le magasine Model Maker en avril 1960. La marque fait partie des précurseurs britanniques avec VIP, Wrenn, Airfix, MRRC, Scalextric, et produit tout d'abord des carrosseries thermoformées. Suivra une gamme de 11 modèles moulés en nylon très résistant, motorisables à l'aide de différents châssis maison, tous équipés de roues avant directionnelles.

Sur les onze modèles fabriqués, six étaient des voitures de formule 1, les cinq autres étaient des voitures de grand tourisme ou de sport. La Jaguar type E et la Ferrari 250P étaient les seules à avoir une carrosserie fermée sous la caisse dans laquelle on pouvait adapter presque tous les types de moteurs disponibles à l’époque. Les huit autres voitures pouvaient être équipées du châssis en nylon rouge spécialement conçu par Super Shells. Ceux-ci étaient de deux types : le "kit châssis Popin Sports-Saloon" et le "kit châssis Slim Jim F1" plus étroit. 

Voitures Super Shells

Voitures Super Shells : Jaguar type E, Ferrari 250P, Lotus 30 et Lotus Elite

Ils ont été spécialement conçus pour les très minces moteurs Ks fabriqués en Angleterre par N & KC Keyser Ltd. Trois versions de ces moteurs à 5 pôles étaient disponibles: le Mk1 (longueur 1"3/8, réf. S80) et le Mk2 légèrement plus court 1"1/8 de long, réf. S82) pour toutes les voitures de Formule 1 et la Lotus Elite, et le plus grand Clubman  (2" de long, réf. S 81) pour les Lotus 30 et Porsche Carrera 6 à empattement plus long.

Contrairement aux autre kits, les modèles Super Schells exigeaient toujours beaucoup de soin lors de l’assemblage pour obtenir de bons résultats. La plupart des miniatures mal assemblées ont découragé les collectionneurs et c’est peut-être ce qui a contribué au manque de notoriété de cette marque et à sa rareté de nos jours.

Publicité Super Shells

Publicité Super Shells annonçant le rachat par S.R.M. et les nouvelles motorisations par Mabuchi

À la fin de