Ferrari 250 LM #58 ‣1964

24 heures du Mans 1964 - Ferrari 250 LM#58 - Pilotes : David Piper/ Jochen Rindt - Abandon

24 heures du Mans 1964 - Ferrari 250 LM#58 - Pilotes : David Piper/ Jochen Rindt - Abandon

La Ferrari 250 LM n°58 des 24 heures du Mans 1964

5909 est la seconde Ferrari 250 LM livrée au NART en mai 1964 en remplacement de la 5149 détruite à Sebring. Elle effectue des débuts très modestes aux 1 000 km du Nürburgring avant de se présenter au Mans. Confiée à David Piper et au débutant Johen Rindt, 5909 se qualifié brillament en 8ème position avec un temps de 3'53''9.

David Piper étant le pilote le plus expérimenté, est désigné pour prendre le départ. Il s'entraîne toute la semaine précédent l'épreuve au départ type le Mans afin de gagner quelques précieuses secondes au départ. Cet entraînement intensif porte ses fruits car David Piper entame la courbe Dunlop en 3ème position en ayant déjà gagné cinq places. Hélas, dès la courbe franchie, une surpression dans le circuit d'huile fait exploser le filtre à huile. La LM terminera sa course sans avoir bouclé un seul tour et sans que Jochen Rindt ait pu prendre le volant. Il se rattrapera l'année suivante en remportant l'épreuve toujours sur une 250 LM.

La Ferrari 250/330 LM Monogram SR3211

Kit Monogram Ferrari 250LM

Kit Monogram Ferrari 250LM

Fondée à Chicago en 1945, Monogram s'est fait connaître par la construction de modèles réduits de bateaux en balsa. Devenu au coté des modèles en kit statiques, un constructeur majeur de voitures de slot racing dans les années 60, Monogram était réputé pour la grande qualité de ses modèles désormais moulés en plastique. Toujours livrées en kit comme de coutume aux Etats-Unis, les voitures au 1/24ème et au 1/32ème sont équipées de châssis métalliques robustes et de gros moteurs Mabushi. En 1966, Monogram propose une gamme de 10 châssis différents dont 6 au 1/24ème et 4 au 1/32ème. C'est sur un de ces châssis avec pointe fixe que que se monte la carrosserie de la Ferrari 250 LM. La réputation de qualité de Monogram n'est pas usurpée pour la Ferrari 250 LM. La forme est parfaite, la finition impeccable, le montage du châssis et du moteur facile. Des détails comme l'essuie-glace, les déflecteurs, les phares sont très bien reproduits.

Ferrari 250 LM Monogram SR3211

Ferrari 250 LM Monogram SR3211

Sur la piste, le gros moteur Mabushi propulse la Ferrari en souplesse et le lourd châssis en laiton lesté abaisse le centre de gravité rendant la voiture très stable aussi bien en ligne droite qu'en courbe et au final, très agréable à piloter.

Ferrari 250 LM châssis n° 5909