Ferrari 365 P2 #17 ‣1965

24 heures du Mans 1965 - Ferrari 365 P2 #17 - Pilotes : David Piper / Jo Bonnier - Abandon

24 heures du Mans 1965 - Ferrari 365 P2 #17 - Pilotes : David Piper / Jo Bonnier - Abandon

La Ferrari 365 P2 n°17 des 24 heures du Mans 1965

La Ferrari 365 P2 0826 est née 275 et est convertie en 365 pour le Mans avec le montage à l'usine d'un 4,4 litres simple arbre. Engagée par Maranello Concessionaires, elle est confiée au duo David Piper et Jo Bonnier qui signe le 9ème temps aux essais en 3'43"0.

Mal parti, il passe 15ème au premier tour et ne tarde pas à remonter aux premières loges. 6ème à la première heure, la P2 anglaise s'installe en 3ème position à la 2ème heure, place qu'elle occupe toujours au quart de la course. Bonnier doit alors s'arrêter avec une fuite au collecteur d'échappement. Une réparation de trois quarts d'heure permet à la rouge et bleue de repartir aux alentours de la 20ème place, mais les pilotes complètement incommodés par les gaz sont contraints à l'abandon peu après minuit.

0826 reviendra au Mans en 1966 avec une nouvelle carrosserie, mais ne sera pas plus chanceuse car elle abandonnera dès la 3ème heure, joint de culasse claqué.

La Ferrari 365 P2 Carrera 20027570

Carrera a ajouté à son catalogue 2018 cette autre version des 24 heures du Mans 1965 de la Ferrari P2. La jolie berlinette avait été reproduite par Strombecker dans les années 60, mais depuis aucun constructeur ne s'était attaqué à la P2. La forme est exacte, la peinture parfaite et la décoration complète. L'essuie-glace est un peu épais et le moulage des roues n'est pas à la hauteur du reste de la miniature. Pour apporter plus de réalisme, des papillons chromés ont été ajoutés. Le moteur longitudinal empêche la reproduction d'un intérieur complet et le pilote apparait très aplati.

Ferrari 365 P2 Carrera 20027570

Ferrari 365 P2 Carrera 20027570

Sur la piste, le comportement de la Ferrari P2 est malheureusement conforme à celui habituel des voitures Carrera. Les voies étroites, l'axe avant sans jeu vertical et le châssis ultra-rigide font que la voiture passe immédiatement sur le toit dès qu'une courbe est abordée un peu vite. En ligne droite, à pleine vitesse l'arrière tressaute et le seul moyen de garder la voiture sur la route est de laisser l'aimant en place éliminant du même coup tout le plaisir du pilotage.

Ferrari 365 P2 châssis n° 0826

24 heures du Mans 1965 - Ferrari 365 P2 #17 - Pilotes : David Piper / Jo Bonnier - Abandon